L’amour dans la famille chrétienne

L’amour dans la famille chrétienne

Dans cet article, redécouvrez les précieux enseignements que la Bible nous apporte sur toutes les facettes de l’amour dans le cadre familial des croyants. À travers les différentes étapes de la croissance de l’enfant, mais aussi dans les liens sacrés entre chaque membre de la famille ; toutes les générations sont invitées à s’unir avec amour.

Comment aborder le thème de l’amour dans la famille sans rester dans du redondant, dans ce que nous savons déjà? Pourtant plusieurs auteurs nous surprennent encore par leur audace et leur vision sur la famille. Deux d’entre eux s’illustrent grandement dans l’Église catholique.

Le Pape François est certainement l’un de ces acteurs qui ne cessent de nous parler de l’amour dans la famille. Il a publié «La joie de l’Amour» qui est une belle manière de poursuivre la mission du pape Jean-Paul-II qui a été un grand promoteur de ce sujet.

Après avoir lancé l’Année de la famille, la lettre aux familles, les Rencontres Mondiales des Familles et l’exhortation «Familiaris Consortio», saint Jean-Paul-II a fait de son pontificat le plus grand défenseur de la famille.

Le Pape François a été membre du Conseil Pontifical pour la Famille durant notre propre mandat. Il a donc participé à construire la vision de la famille dans la société et dans l’Église. Nous essaierons donc de vous amener à découvrir la grandeur et la beauté de la famille avec un regard chrétien.

.

Aimez-vous les uns les autres

Si vous demandez aux gens, croyants ou non, quelle est le message de Jésus qu’ils se souviennent, ce serait certainement cette phrase remarquable: «Aimez-vous les uns les autres». Possiblement, ils auront oublié la suite «Comme je vous ai aimé, vous aussi aimez-vous les uns les autres» (Jean 13, 34). Aimer est certainement la valeur en haut de l’échelle. Elle est celle que les humains désirent le plus: «être aimé et aimer».

Jésus ajouta ensuite «Tu aimeras ton prochain comme toi-même» (Matthieu 22, 39). Là commence le défi! Comment aimer son prochain avec respect et miséricorde? Est-ce qu’on s’aime soi-même? Deux questions primordiales pour notre épanouissement. Alors, où apprenons-nous à s’aimer les uns les autres, à aimer son prochain et à s’aimer soi-même?

Nous ne vous apprenons rien en vous disant que c’est au cœur de la famille que nous sommes initiés à l’amour. «Il ne s’agit pas seulement de l’amour d’un père et d’une mère séparément, mais aussi de l’amour entre eux, perçu comme source de sa propre existence, comme un nid protecteur et comme fondement de la famille.» (Amoris Leatitia, 172)

.

Se sentir désiré dès la conception

Tel une éponge, l’enfant s’imprègne des attitudes gratuites et généreuses des parents à son égard. Nul calcul, il est un réceptacle «viscéral» de l’amour de ses parents. Ce sera son fondement pour le reste de sa vie: se sentir désiré, voulu, aimé.

L’enfant devient le fruit de leur amour. Il est aussi un don de Dieu qui collabore à cette vie par son souffle de vie. Car «les enfants sont un don. Chacun d’entre eux est unique et irremplaçable […]. On aime un enfant parce qu’il est un enfant : non pas parce qu’il est beau, ou parce qu’il est comme-ci ou comme ça; non, parce que c’est un enfant! Non pas parce qu’il pense comme moi, ou qu’il incarne mes désirs. Un enfant est un enfant». L’amour des parents est un instrument de l’amour de Dieu le Père qui attend avec tendresse la naissance de tout enfant, l’accepte sans conditions et l’accueille gratuitement. (Amoris Laetitia, no 170). L’amour familiale est déjà en train de naître. C’est une nouvelle vie qui se prépare : devenir une famille. La réalité du couple changera, mais c’est pour mieux grandir comme famille.

.

Goûter à l’amour familial

L’arrivée des enfants vient donner aux parents un rôle primordial dans le développement de l’enfant.  Jésus a vécu la même chose. Il a été accueilli par un papa et une maman. Il a vécu les mêmes étapes de développement de tous les enfants. Il a vécu ses premières expériences d’être aimé pour ce qu’il est, comme tout enfant. Marie et Joseph lui ont donné le nécessaire pour vivre : un toit, de la nourriture, une éducation, et finalement le plus important, l’amour de ses parents.

Les enfants goûtent vraiment cet amour qui unit leurs parents. Cet amour devient contagieux et les enfants en sont imprégnés. Ils ont tellement besoin de voir et de sentir qu’ils font partie d’une famille heureuse, pas parfaite, mais heureuse. Le sens de l’humour, la joie de vivre, la sécurité, le respect, la stabilité, voilà des valeurs qui favorisent l’amour dans la famille.

Les choses sont bien faites quand on y pense. L’enfant nait dans une famille où il apprend à se laisser aimer. Puis, en grandissant, il fera l’apprentissage d’être profondément aimable bien que tous ne l’apprécient pas toujours. Sur ce chemin, l’enfant se retrouvera en garderie, dans un petit groupe où les apprentissages du vivre ensemble s’élargira. Les écoles primaire, secondaire, collégiale ou universitaire seront à un autre niveau de socialisation. Toutes ces étapes permettront à l’enfant devenu grand à s’impliquer dans sa communauté, à travailler avec des collègues de manière respectueuse et harmonieuse. L’amour expérimenté dans la famille deviendra le passeport vers une estime de soi qui permettra au jeune adulte de se réaliser. Le bonheur n’est-il d’ailleurs pas lié au fait d’apporter un peu de joie autour de nous?

Aimer au-delà des inquiétudes avec ses adolescents

L’Évangile nous présente une belle expérience de Jésus à l’âge de 12 ans, du moins pour lui. Il proclame la Parole de Dieu aux grands prêtres pendant que ses parents s’inquiètent de son absence, de sa disparition. Comment aimer au-delà des inquiétudes parentales? Marie et Joseph étaient très heureux de le retrouver, mais en même temps, ils lui manifestent leur inquiétude, leur peur de le perdre.

Aujourd’hui, plusieurs parents vivent ces inquiétudes quotidiennes pour leurs adolescents. L’amour, toujours l’amour, voilà la clé de la confiance entre les parents et les adolescents. Il était facile de dire et d’exprimer son amour à un jeune enfant, mais à l’adolescence, il y a parfois une gêne qui se manifeste.

L’adolescent et l’adolescente a besoin d’avoir des parents à leur écoute, présents physiquement, même si c’est en silence. Les ados ont besoin de sentir que l’amour et le respect règne dans la maison. Ils sont encore comme des éponges qui se laissent imbiber de la tendresse, de la miséricorde, de la paix, de la sérénité et de la joie. Oui, la joie de vivre est contagieuse chez les ados. N’ayez pas peur d’en abuser.

Les ados se sentiront aimés de leurs parents, de leurs grands-parents, s’ils sentent qu’ils sont fiers d’eux. «Tu as du prix à mes yeux et je t’aime.» Voilà la phrase que les ados ont besoin d’entendre pour raisonner au fond de leur cœur. «Être quelqu’un» qui a de la valeur aux yeux des autres, voilà ce que les jeunes recherchent.

.

S’estimer entre frères et sœurs

Voilà souvent un lieu de discorde. Qui ne s’est jamais chicané avec son frère ou sa sœur, avec ses cousins ou cousines? L’amour fraternel, ce n’est pas toujours facile. Les frères et sœurs sont des personnes qui ont le même statut, donc égaux. Qui dit égaux, dit confrontation sans peur. C’est le lieu où l’enfant apprend à dire et à affirmer ses idées, à chercher sa place dans la famille. Ceci ne veut pas dire qu’il n’y a pas d’amour. C’est tout simplement que les enfants ont un terrain de jeu qui leur permettra de découvrir leurs différences, c’est l’école de l’amour. Apprendre à aimer est parfois difficile pour les enfants, pour les adultes aussi. Les enfants sont en apprentissage pour construire leur «moi». Ils apprennent donc à aimer comme des enfants.

C’est avec leurs pairs que les enfants expérimenteront le pardon, le respect et l’harmonie. Faire partie d’une famille qu’on n’a pas choisie peut être difficile pour certains enfants ainsi que pour les parents. Donc, il est important que la famille soit un lieu sécuritaire et empreint de respect pour mieux s’estimer tel qu’on est. Les parents jouent donc un rôle très important pour créer l’unité et l’harmonie dans la famille. Leur exemple dans la résolution de conflit sera certainement un bel apprentissage pour devenir de plus en plus libre.

.

Goûter à l’amour des grands-parents

Ne craignons pas d’affirmer l’importance de la présence des grands-parents et des aînés au cœur de la famille et de faire le lien entre les générations. Ce sont eux qui pourront raconter l’histoire de leur famille. Pour pouvoir regarder vers l’avenir, il faut être capable de connaître d’où on vient et où nous sommes présentement.

«Leurs paroles, leurs caresses ou leur seule présence aident les enfants à reconnaître que l’histoire ne commence pas avec eux, qu’ils sont les héritiers d’un long chemin et qu’il est nécessaire de respecter l’arrière-plan qui nous précède. Ceux qui rompent les liens avec l’histoire auront des difficultés à construire des relations stables et à reconnaître qu’ils ne sont pas les maîtres de la réalité.» (Amoris Laetitia, 192)

Les grands-parents sont un cadeau de Dieu. Ils ont plein d’amour à donner. Parce que les grands-parents n’ont pas cette responsabilité parentale, leur disposition est davantage généreuse et gratuite. Donc, l’amour don devient inestimable pour les petits-enfants.

Ce sont souvent eux qui leur transmettent la foi. Ils aident et soutiennent leurs propres enfants qui leur semblent parfois dépassés. Les horaires des parents, le travail rémunéré et les tâches familiales, l’éducation des enfants et les travaux scolaires sont autant de choses qui font des parents, des supers parents débordés. Quand vient le temps de prier, de parler de Jésus, l’énergie peut s’affaiblir.

Chers grands-parents, il peut être judicieux de vous proposer spontanément auprès des parents pour les soutenir, pas seulement physiquement, mais aussi spirituellement. Vos propres enfants pourront ainsi reconnaître et expérimenter votre amour pour eux. Qu’il soit petit ou plus grand, un enfant reste toujours l’enfant de quelqu’un. Donc, l’amour exprimé est une source de bien-être et de compassion.  

Aimer dans la famille, c’est s’ouvrir à l’autre

C’est dans la famille que grandissent les enfants et qu’ils apprennent à aimer et à pardonner. C’est le lieu par excellence de croissance humaine, spirituelle, psychologique et affective. Le rôle des parents peut sembler lourd, mais avec l’expérience d’être soutenu, l’épanouissement et la joie, tout demeure possible. Il est important de se faire confiance et d’aller chercher de l’aide si vous en avez besoin. Il n’y a pas de honte à vouloir s’en sortir et à vouloir grandir.

Pour nous aider, l’hymne à l’amour de saint Paul est très inspirant. D’ailleurs cette lettre aux Corinthiens avait pour but d’enseigner aux chrétiens comment aimer dans leur couple et dans leur famille. (1 Corinthiens 13, 1-8) Il nous donne quelques pistes pour nous aider à se dépasser, à être don et à donner avec amour. Lorsqu’en début de sa lettre Paul utilise la formule «J’aurais beau», n’est-il pas en train de nous dire que ce qui importe avant tout c’est l’amour que toutes personnes humaines doivent s’accorder entre elles?

Voici sa « recette »: «L’amour prend patience; l’amour rend service; l’amour ne jalouse pas; il ne se vante pas, ne se gonfle pas d’orgueil; il ne fait rien d’inconvenant; il ne cherche pas son intérêt; il ne s’emporte pas; il n’entretient pas de rancune; il ne se réjouit pas de ce qui est injuste, mais il trouve sa joie dans ce qui est vrai; il supporte tout, il fait confiance en tout, il espère tout, il endure tout.» (1 Corinthiens 13, 4-7)

L’évangéliste Jean terminerait possiblement ce texte en disant ceci : «À ceci, tous reconnaîtront que vous êtes mes disciples: si vous avez de l’amour les uns pour les autres.» (Jean 13, 34-35). La famille est le plus beau cadeau que Dieu pouvait offrir aux humains, un lieu où l’on se sent aimé, où on s’initie à aimer et finalement un lieu où l’amour grandit pour devenir «don».

.

Par Guylaine Morin et André Belzile

.

N.B : Dans le cadre de la Rencontre Mondiale des Familles, Guylaine Morin et André Belzile accompagneront aux côtés de Monseigneur Christian Lépine le pèlerinage suivant avec Spiritours: «Pèlerinage à Rome en famille» en Italie du 20 au 27 juin 2022