Comment la résurrection du Christ nous aide-t-elle au quotidien?

Comment la résurrection de Jésus nous aide-t-elle au quotidien

Dans cet article, (re)découvrez la Passion du Christ et comment cela s’applique concrètement à notre vie en tant que chrétien, pour «oser la résurrection chaque jour».

Jésus connaît notre souffrance humaine mieux quiconque

Est-ce que la résurrection de Jésus, si elle est vraie, change quelque chose dans ma vie de tous les jours ou me donne-t-elle «seulement», même si c’est déjà énorme, la foi et l’espérance qu’après cette vie il y en aura une autre, plus vraie et plus belle, celle du Ciel?

 

Celui qui est ressuscité a été crucifié, il a été flagellé, couronné d’épines, méprisé, bafoué, trahi, meurtri. Il a souffert énormément physiquement, psychologiquement, socialement, spirituellement et il est mort. Il s’est senti seul, triste, angoissé, déprimé, échoué, divisé intérieurement. Il s’est retrouvé sans appui, sans futur, sans perspectives, sans points de repères, sans solutions. Il s’est vu séparé de tous, rejeté, condamné, coupable et abandonné de Dieu.

 

Au terme de sa vie Jésus a expérimenté toutes les douleurs possibles et imaginables, il a subi toutes les épreuves, il a bu jusqu’à la dernière goute un «calice» rempli de larmes et de sang. Il sait, mieux que quiconque, ce qu’est la condition humaine, il a perdu toutes ses illusions, il a connu la réalité dans toute sa dureté et sa cruauté. Il n’y a rien que, comme homme, je puisse vivre qu’il n’a en quelque sorte connu et subi.

La présence de Jésus dans nos vies après la résurrection du Christ

Or s’il est vraiment ressuscité, il est Vivant et, comme les récits de ses apparitions en témoignent, il n’est plus soumis aux limites de l’espace et du temps, aux conditionnements de notre condition humaine et charnelle. Il ne peut plus souffrir physiquement, la mort n’a plus aucun pouvoir sur lui. Il est présent et se fait voir à Jérusalem et en Galilée, à Emmaus et en Syrie. Il est dans une autre dimension, celle de Dieu, et il est le même hier, aujourd’hui et demain. Lui-même a dit à ses disciples au terme de la période de ses apparitions visibles: «Je suis avec vous tous les jours jusqu’à la fin du monde» (Mt 28,29).

 

Nous croyons qu’il est Vivant, présent et agissant à nos côtés. Nous croyons que nous pouvons lui parler, nous confier à lui et lui demander de nous aider et de nous guider dans les dédales de notre existence. Si nous avons manqué, il peut nous pardonner au nom de Dieu, comme il pardonnait aux pécheurs qu’il rencontrait. Si nous avons été blessés par la vie, il peut nous guérir comme il le faisait pour ceux qui croyaient en lui. Si nous sommes dans le pétrin, il peut nous indiquer comment faire et comment nous en sortir, vu qu’il a dépassé l’obstacle le plus grand qui est la mort. «Il a vaincu la haine» dit la lettre de saint Paul aux Galates.

 

Pour nous, les chrétiens, Jésus n’est pas seulement un homme qui serait arrivé à force d’aimer à son plein accomplissement et aurait été divinisé. Il est Dieu lui-même qui s’est humanisé, qui a partagé notre vie et même notre misère. Il est vraiment la révélation de l’amour fou de Dieu pour l’homme.

 

Nous croyons en effet qu’en Jésus, Dieu lui-même a voulu endurer nos souffrances et descendre dans nos enfers. Il les a vécus et les a surmontés, il en est sorti, il est ressuscité. Nous ne sommes donc plus seuls, il est avec nous et il est Dieu, le Dieu fait homme et l’homme «devenu Dieu». Il peut donc nous comprendre et nous aider en connaissance de cause.

 

Et c’est de fait ce qui se passe si nous nous mettons à son école, si nous le suivons et faisons ce qu’il nous suggère, si nous l’aimons et si, comme lui, nous croyons à l’amour envers et contre tout. Au comble de ses souffrances il ne s’est pas désespéré, mais il s’est encore adressé au Père dont il se sentait abandonné et il a remis son esprit entre ses mains.

Comment la résurrection de Jésus nous aide-t-elle au quotidien

Faire l’expérience de la résurrection au quotidien

Si nous agissons comme lui et que nous nous abandonnons comme des enfants dans les bras du Père, nous permettons à Dieu d’agir et d’entrer dans nos vies. Nous faisons alors l’expérience de la résurrection au quotidien: Dieu se fait sentir au plus profond de notre être.

 

Puis, comme la nature au printemps, nous voyons éclore un peu partout en nous et autour de nous les signes d’une vie nouvelle: des idées qui sont de vraies inspirations qui nous aident à bien vivre et à mieux vivre, même dans les situations difficiles; un sentiment de confiance qui nous fait croire que même du mal qui a pu être fait un plus grand bien va sortir; une paix profonde qui nous vient de la foi que rien n’échappe à l’amour de Dieu; une joie vraie qui est la conséquence d’avoir trouvé la clé du bonheur et de savoir comment l’utiliser.

 

La foi dans l’amour de Dieu et sa traduction dans l’amour du prochain nous réconcilie petit à petit avec nous-mêmes et avec les autres. L’amour guérit bien des blessures et il libère les énergies latentes, il ouvre de nouvelles perspectives, il transforme la vie en un chant, une danse, un jeu, une divine aventure chaque jour recommencée.

 

Par Michel Vanderleen

 

N.B : Revivez la Passion du Christ lors de notre prochain pèlerinage en Allemagne-Autriche «Oberammergau – Le Jeu de la Passion» du 5 au 13 septembre 2022.