Le sens du pèlerinage chrétien

Pèlerinage Chrétien | Gergeti Trinity Church en Géorgie

Dans cet article, Mgr Pierre Murray nous partage l’évolution du pèlerinage chrétien à travers le temps, de ses débuts jusqu’à aujourd’hui. Une occasion de mieux comprendre l’origine des pèlerinages et de mieux saisir son sens.

Quelle est l’origine du pèlerinage chrétien?

Chez les disciples du Christ, le pèlerinage est une pratique religieuse profondément ancrée dans l’histoire.


Dès l’Ancien Testament, Yahvé s’adresse à un peuple nomade, donc en chemin. Dieu le rejoint sur son chemin et son intervention a un impact sur la suite de ce chemin. On peut prendre pour exemple la rencontre entre Yahvé et celui qui s’appelait d’abord Abram, pour devenir Abraham peu après sa rencontre avec Dieu. L’appel que Dieu lui lance ne peut être plus clair «Le Seigneur dit à Abram: “Quitte ton pays, ta parenté et la maison de ton père, et va vers le pays que je te montrerai.” » (Gn 12,1) Dit autrement, Dieu appelle Abram à se mettre en chemin!


Un autre événement important pour comprendre l’importance et le sens des pèlerinages est l’épisode qui a suivi la sortie d’Égypte. Pendant 40 ans, le peuple d’Israël a marché dans le désert vers la Terre promise. Une marche si longue que les personnes qui l’ont initiée ne sont jamais arrivées à destination: ce sont leurs descendants qui ont pu entrer en Terre promise.


Cette marche dans le désert est une image très forte qui cherche à illustrer le sens du passage de tout humain sur terre: l’existence humaine est un chemin. Un chemin qui certes présente son lot d’épreuves et qui teste la résilience et la détermination. Mais qui offre surtout une expérience qui façonne l’être, qui lui permet de grandir au fil des rencontres et des émerveillements, qui lui permet aussi de vivre un temps de désir, d’espérance, le regard fixé sur l’horizon.

Pèlerinage des premiers chrétiens

Pour les premiers chrétiens, les pèlerinages ont pris la forme d’un déplacement vers la tombe d’un martyr ou d’un saint. On y allait pour s’y recueillir, pour y faire mémoire, pour trouver force et courage, pour y trouver une inspiration pour guider sa vie. Par ces visites sur la tombe des saints et des martyrs, une communion entre eux qui sont au ciel et nous qui sommes sur terre se noue. Rome se veut pour l’époque une destination prisée, puisqu’on y trouve les tombes des apôtres Pierre et Paul et ceux de nombreux saintes et saints.


Toujours chez ces premiers chrétiens, des pèlerinages pénitentiels ont été organisés pour les personnes ayant renié leur foi, notamment pendant les persécutions. Ceux-ci n’avaient rien à voir avec une quelconque «punition». Ils étaient proposés aux personnes qui avaient pris leurs distances de la foi et de la communauté. Afin de se prouver à eux-mêmes et aux membres de la communauté du sérieux de leur volonté de retour, les «pénitents» devaient faire un chemin de réconciliation de 40 jours, constitué de catéchèses, d’engagements, de présence à la communauté et aux liturgies. Ce n’est qu’au terme de ce chemin de 40 jours que le pénitent était officiellement accueilli par l’évêque et réintroduit au sein de la communauté.

Pèlerinage chrétien au Moyen-Âge

Le pèlerinage chrétien au Moyen-Âge

Au tout début du Moyen-Âge, l’Empereur Constantin fait construire trois églises sur le lieu du Calvaire, à la suite des indications fournies par sa mère, Hélène. Cela marquera le début des pèlerinages à Jérusalem, pour chercher à se faire proche des grands moments de la vie de Jésus. Ces pèlerinages sont encore aujourd’hui prisés.


Plus tard, toujours au Moyen-Âge, le culte des saints est à l’honneur. On se rend alors volontiers dans les endroits où ces saints ont vécu, dans les sanctuaires où sont conservées leurs reliques. Encore une fois, le but poursuivi par les pèlerins est d’affermir leur foi en demandant l’intercession de tel ou tel saint, de se laisser inspirer par lui, d’exprimer leur foi.

Pèlerinage chrétien de nos jours

Encore aujourd’hui, les pèlerinages constituent une force d’attraction. Celui de Compostelle en est l’exemple type: il attire autant les chrétiennes et les chrétiens que des gens issus d’horizons spirituels qui parfois ont très peu à voir avec le christianisme. S’y mêlent aussi des motifs culturels et touristiques.


Mais pour la plupart des personnes qui font un pèlerinage vers un haut lieu reconnu, la motivation authentiquement spirituelle est présente, même si elle se module différemment d’une personne à l’autre. Le pèlerinage constitue alors une étape de vie, qui permet de faire un bilan et d’envisager une perspective. Il n’est pas rare que de tels pèlerinages soient l’occasion de profondes conversions.


Comme depuis les origines, quelles que soient les motivations qui l’animent, la marche vers un lieu saint est occasion de rencontres avec d’autres pèlerins, de découvertes sources d’émerveillement. Ces pèlerinages sont aussi des occasions de rencontres avec des sources inspirantes pour la foi, et de rencontres avec Dieu lui-même.

 

Par Monseigneur Pierre Murray, prêtre.

En 2023, nous proposons un pèlerinage chrétien au Portugal-Espagne-Lourdes «Sur la route des grands sanctuaires» dont Mgr Pierre Murray sera l’animateur spirituel.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *