Soeur Angèle – Le feu sacré de la joie

Soeur Angèle - Le Feu sacré de la joie | Spiritours | Rosette Pipar

Dans cet article, Rosette Pipar partage sa rencontre avec Sœur Angèle qui a totalement transformé sa vie. Entre joie, bonheur et humanité, elle retrace les origines de cette femme exceptionnelle et partage ce qu’elle a appris d’elle.

Rencontre avec Soeur Angèle

Chaque être humain est animé d’un même désir, celui de s’épanouir, de vivre animé d’une certaine joie malgré la finitude qui nous attend et les nombreux défis qui ne manquent pas de jalonner notre route tout comme le miracle de certaines rencontres qui nous éclairent de leur aura. Ce fut mon cas lorsque j’ai eu le bonheur de rencontrer Soeur Angèle au Québec, il y a plus de 25 ans. J’étais loin de me douter, cependant, qu’elle occuperait une place privilégiée dans mon cœur et qu’elle m’offrirait sa joie, son feu sacré. Aujourd’hui, je sais que, telle une marraine spirituelle, elle veille.

 

J’étais alors organisatrice d’événements, agente de promotion et Soeur Angèle avait réhaussé de sa joie contagieuse chacune de ses présences dans mes événements. Un jour, par je ne sais quel hasard, elle me confia que sa biographie avait été publiée en italien. Étant alors éditrice pour Marcel Broquet, je sautais sur cette nouvelle en lui proposant de la faire traduire en français et de la publier au Québec.

 

Il s’en suivi une tournée de promotion à travers le Québec et j’eu l’occasion de côtoyer cette femme exceptionnelle durant des semaines. Toujours présente dès l’aube pour entamer une nouvelle journée animée d’une bonne humeur indéfectible, Sœur Angèle séduisait chaque personne sur son passage. Petits, grands, adolescents, aînés. Un vrai rayon de soleil où chacun était aspiré.

Le bonheur d’être soi… selon Soeur Angèle

J’étais complètement subjuguée, à tel point que je décidai de découvrir le secret qui lui permettait non seulement d’être de bonne humeur mais surtout de répandre cette énergie sublime qui ne laisse personne indifférent. C’est ainsi que je lui proposai d’écrire un livre sur sa philosophie de vie, bien décidée à lui poser toutes les questions qui me hantaient depuis des années.

 

Au terme de quelques rencontres, j’écrivis le livre «Le bonheur d’être soi… selon Soeur Angèle» qui fut publié et vendu à des milliers d’exemplaires. Elle répondait à plus de 120 questions sur la vie. Chaque fois, son commentaire fusait, simple et percutant, me laissant bouche bée. Quelques mots bien pensés témoignant d’une grande sagesse, d’une expérience hors de tout doute. Il fallait absolument propager ces leçons de vie à un large public. Les rendre accessibles à tous.

 

Aussi, j’organisai même une tournée de conférences au Québec que je coanimai. Et là aussi, les réactions étaient toujours sans surprise. Des yeux brillants se posaient sur elle en quête d’un peu de cette énergie divine qui émane d’elle. On peut dire qu’à partir de ce jour-là, j’ai intégré quelques-unes des belles attitudes prônées par Soeur Angèle. Parmi elles, l’habitude de rendre grâce chaque jour et de me concentrer sur tous les petits bonheurs de la vie qui nous semblent parfois insignifiants ou que nous ne remarquons même plus.

 

Le fait aussi de relativiser certaines situations qui autrefois m’étaient très pénibles comme lorsqu’une personne désagréable, voire méchante, manifeste de la colère. Je me rappellerai toujours l’éclat de rire de Soeur Angèle qui m’était adressé : «Ma pauvre chérie, c’est inutile de t’en faire. Dis-toi que les gens qui sont agressifs ou méchants sont souvent très malheureux. Fais preuve de bienveillance à leur égard mais pas de condescendance.» Chaque être humain traverse ses propres défis. Nous vivons tous des moments où nous réagissons démesurément.

 

Depuis lors, chaque fois que je fais face à des gens critiques, je me calme et je relativise les émotions déstabilisantes qui, autrefois, auraient éclaté. Des réflexions de ce genre, je pourrais vous en raconter des dizaines. Ouvrez le livre à n’importe quelle page et voyez le message qui ne manquera pas de vous interpeller. Stupéfiant. Désarmant.

Soeur Angèle - Le Feu sacré de la joie | Spiritours | Rosette Pipar

Une vision différente de la religion catholique

Si l’on m’avait dit, un jour, que ma marraine spirituelle serait une religieuse, j’aurais été plutôt incrédule. En effet, dès l’âge de 12 ans, à l’école secondaire, j’ai ressenti le besoin de m’éloigner de la religion et des dogmes trop étriqués qui ne reconnaissaient pas toujours ma personnalité ni mes aspirations, ce qui suscitait en moi beaucoup de colère et de mélancolie. C’est du moins l’impression qui m’habitait lors de mon enfance alors que j’étais pensionnaire chez les religieuses de l’Immaculée Conception dans un petit hameau de Belgique.

 

Tout avait bien commencé pourtant. D’aussi loin que je me souvienne, j’ai été bercée par la lecture de la vie de saints. J’ai passé des heures fabuleuses, plongée dans un univers mystique qui a très vite teinté mon ardent désir de comprendre les êtres humains mais aussi d’acquérir quelques-unes des valeurs découvertes dans la vie de ces personnages religieux et ces missionnaires, vocation que j’envisageais pour moi-même.

 

Mais voilà, mon adolescence désenchantée renia cette avenue durant de longues années. J’amorçai une infinie quête existentielle. Perdue dans l’absence de repères qu’offrait la religion catholique, mon âme était assoiffée d’un idéal qui me semblait inatteignable.

 

La rencontre de Soeur Angèle provoqua un éclair bienfaisant et une opinion positive d’une pratique religieuse moderne, adaptée à notre temps. Rarement, voire jamais, Soeur Angèle n’évoquait la religion, les écritures saintes ou quelques leçons rigides telles que je les avais connues durant mon enfance. Son discours, son attitude, ses valeurs étaient axées sur l’écoute authentique de l’être humain, en toute simplicité. Elle prodiguait de petits conseils judicieux souvent livrés de façon humoristique mais non moins profonde. Elle avait l’art de vous toucher en plein cœur. Au cœur de vos préoccupations.

 

Je ne manquai jamais de l’appeler pour connaître son opinion sur des sujets qui me préoccupaient. Et je n’étais pas la seule. Son téléphone retentissait très souvent. Un vrai confessionnal! Je me demandais comment elle pouvait, à ce point, comprendre les gens, elle qui vivait dans une institution religieuse loin, apparemment des préoccupations laïques. C’était sans compter sur son immense expérience du public qu’elle a côtoyé au cours de sa carrière d’animatrice et de chef cuisinière sur les ondes de la télévision de Radio Canada durant plus de 50 ans, sans compter les milliers d’événements auxquels elle a participé ou qu’elle a créés.

Le feu sacré de la joie avec Soeur Angèle

Une dizaine d’années après la publication de sa première biographie, je proposai d’écrire la suite car, comme on le sait, Soeur Angèle est une véritable globe-trotteuse et multiplie ses activités au Québec et à l’étranger. Elle a même fait de la formation de chefs cuisiniers, entre autres, au Maroc, à Cuba après avoir enseigné la cuisine à l’Institut de tourisme et d’hôtellerie du Québec. C’est ainsi que j’écrivis «Le feu sacré de la joie».

 

Pour moi, il ne pouvait y avoir de meilleur titre pour rendre hommage à cette femme hors du commun. Quelle ne fut pas ma surprise, en interviewant une vingtaine de personnes de son entourage, de découvrir qu’elle occupait une place privilégiée dans la vie de bien des gens. Du moine, en passant par l’homme politique ou le chef cuisinier, de la jeune aspirante chanteuse à la vedette, tous et toutes l’encensaient. Que d’éloges. J’en avais des frissons.

 

En effet, on connaît la Soeur Angèle joviale qui sème le bonheur sur son passage, avec son brin d’humour. On ignore pourtant le rôle qu’elle joue dans la vie de gens aux prises avec des défis et qui cherchent désespérément une écoute attentive et sage pour pouvoir exprimer leurs épreuves, en discuter dans l’espoir de trouver la force de les traverser. À ce propos, sœur Angèle se fait discrète mais sa bienveillance n’en est que plus vitale.

Soeur Angèle - Le Feu sacré de la joie | Spiritours | Rosette Pipar

Les racines de Soeur Angèle en Italie

Quelques années plus tard, j’eu encore une fois la preuve de son authentique ardeur de vivre lorsque j’ai réalisé un tournage d’elle en Vénétie, sa terre natale. Une fois de plus, j’ai pu vivre à ses côtés. Il n’y avait pas de faille. Sa nature joviale irradiait de toutes parts. Elle s’intensifiait même à la vue des collines de son enfance, de la Basilique Cathédrale Santa Maria Assunta de Padoue, où sa mère faisait un pèlerinage annuel, et d’autres lieux qui lui rappelaient des souvenirs parfois pénibles comme la mort de son meilleur ami durant la guerre. Je me demandais quand même d’où venait sa propension à un tel bonheur, disons-le, divin et qui l’animait d’un dynamisme essoufflant.

 

Existait-il une recette infaillible ? J’ai voulu remonter aux sources de son enfance, celles des émotions, des parfums, des mélodies, des paysages, des traditions pour comprendre d’où la graine émanait et surtout comment et de quoi elle avait été nourrie. Je voulais voir si les racines de son enfance avaient réellement forgé ce personnage hors du commun et dont on n’a de cesse de s’abreuver.

 

Je lui ai alors proposé de nous ouvrir son cœur sur les souvenirs d’enfance ancrés dans sa mémoire comme autant d’étincelles qui ont su allumer sa passion de vivre. C’est ainsi que, dans le livre «Merci Mamma», elle me confia que son véritable secret, elle le tenait de sa mère à qui elle vouait une grande admiration. «Je ne pourrais jamais assez exprimer ma gratitude envers ma maman. Elle m’a donné la vie. Elle m’a sensibilisée aux miracles de la Providence. Elle a été un véritable modèle de femme en qui j’ai puisé force, créativité, courage et résilience.»

 

Plus tard, Soeur Angèle renchérissait : « Mes racines sont solides. J’ai des souvenirs heureux plein le cœur. Ils sont là. Je les garde précieusement comme une source de bonheur intarissable, comme la nature qui se renouvelle chaque saison. J’y ai découvert des horizons vastes comme le ciel, des saveurs infinies qui ont éveillé mes papilles. Des parfums de montagnes, des brises chatoyantes, de petites plantes aux vertus magiques et par-dessus tout, la chaleur du foyer où ma mère, mon héroïne, m’a prodigué un amour hors du commun. Elle m’a insufflé le désir de développer ma créativité naturelle, de me dépasser et de trouver, quoi qu’il arrive, une solution positive à tout défi. Et Dieu sait qu’elle en a eu son lot. » En incarnant les valeurs inculquées par sa mère, Soeur Angèle offre un véritable cadeau à quiconque la côtoie. Un regard, un simple mot, une écoute, et vous voilà remplis d’une nouvelle énergie!

 

Mais, tempérament naturel oblige, bien avant de se consacrer à Dieu, Soeur Angèle était déjà un rayon de soleil dans son village. On l’appelait le petit rossignol car elle adorait chanter. Sa foi est certes venue enrichir sa personnalité, sa confiance et sa capacité à apprécier la beauté de tout ce qui l’entoure. Une des devises chères à son cœur : «Accepter le quotidien, se dépasser chaque jour, aimer, aimer et encore aimer.»

 

Au fil de son engagement, elle est restée fidèle à sa mission de vie «Aider l’être humain», véritable moteur qui lui donne des ailes car il vient du cœur et propage un langage universel accessible à chacun d’entre nous, peu importe nos croyances ou nos allégeances. La voix du cœur jamais ne meurt.

 

Par Rosette Pipar.

 

N.B : Du 7 au 18 septembre 2023 (12 jours / 10 nuits), nous offrons le voyage en Italie du Nord « Le feu sacré de la joie » accompagné par Sœur Angèle, Rosette Pipar et Jean Rivest!